Comme une « Statue de sel » dirait Mezouar…


Comme une « Statue de sel » dirait Mezouar…


Non, ce n’est pas le roman du célèbre écrivain juif tunisien A. Memmi qui va défrayer cette chronique. Nous nous intéressons plutôt, focalisation intertextuelle, aux inférences suggérées par le titre du roman de Memmi : « La Statue de Sel ».
La moralité dégagée postule comme ceci : Si notre Créateur, Dieu, décida que l’homme regardât de dos, il nous aurait conçu un troisième œil sur la nuque…

A. Memmi, à thèse du même acabit, puisa dans la mythologie religieuse pour faire fonctionner une métaphore qui échappe à l’anachronisme spacio-temporel affectant certains récits fabuleux ou tout simplement littéraires… ainsi relata-t-il « L'histoire de la femme de Loth, changée en statue de sel pour avoir regardé en arrière… ».

Nous empruntons à Memmi la même Moralité suggérée par le Récit biblique, chez nous Coranique, pour commenter, à notre manière, certains rebondissements au sein de notre scène politique autant locale que nationale.

Mais avant d’approcher l’actuel plat assaisonné et piquant de notre cuisine politique faisant date, nous aimerions rappeler que depuis la démolition du fameux « Mur de Berlin », les allemands, naguère de l’Est, ainsi que leurs alliés pro – soviétiques, n’ont pas réfléchi une seconde à repêcher les pierres du feu Mur pour en faire un nouveau « Mur de Lamentations » à la manière judaïque…

Pourtant, chez nous, certains nostalgiques d’une ère utopique r évolue, continuent en 2010 de nous reprocher, à nous anciens communistes, d’avoir trahi ce vieux « Mur Fantôme » en épousant d’autres thèses, celles du PAM, notamment…

Eh bien, nous y sont, et nous assumons… Et à nos détracteurs, anciens camarades de S. El Wadie, de B. Addi, de Ben Chemmass, de I. El Omari, De M. Boudra et de bien d’autres, y compris moi-même, d’aller nous ester en justice de l’ex-Kremlin…
Nous nous voulons pas nous métamorphoser en « statues de sel » même si notre passé ne nous fait pas honte ; nous le fixons avec nos deux yeux sans nous retourner en arrière car pour ne pas nous transformer en « statues de sel » nous avons opté pour l’authenticité, et nous la représentons, avec d’autres, comme nous avons opté pour le modernisme, et encore une fois avec d’autres… ET Monsieur MEZOUAR en sait vraiment quelque chose…

Le RNI dont il devint chef avait besoin d’un « coup de sifflet » et de quelques « cartons jaunes et rouges » pour pouvoir épouser « le Projet Royal »… Le Trésorier du pays, a su calculer quand il fallait avoir le maître mot, il l’eut et cria : moteurs !... A vos marques, partez…

Ainsi s’acheva le rêve d’un homme, actuellement Président de la Chambre des Représentants (Parlement) comme s’acheva cette fausse représentation naguère crue par « monsieur tout le monde » que le RNI représentait avant tout le Rif puisque son chef est originaire du Rif…

Les alliances basées sur le sentiment d’appartenance régionaliste et non régionale cessent désormais de remuer les cœurs…

Les rifains sont fiers de leur histoire glorieuse, mais le temps n’est plus favorables à la vénération des hommes morts ou vivants, le temps est à regarder l’avenir venir aussi glorieux pour que le rifain, pour que le marocain ne se métamorphose pas en « statue de sel »…





1.أرسلت من قبل FARID في 01/02/2010 21:33
« le Projet Royal »…
JE PENSE, CHER MOUSSAOUI, QUE TOUS LES PARTIS POLITIQUES EPOUSENT LE PROJET ROYAL, MAIS CHACUN A SA MANIERE.
IL EST A SIGNALER QU'AUJOURD'HUI, LES GENS PENSENT QUE LES PARTIS POLITIQUES SONT SUR LE MEME PIED D'EGALITE, MAIS CETTE IDEE NE POURRAIT ETRE VRAIE.
UN SOCIALISTE N'EST PAS NE RESSEMLERAIT JAMAIS A UN "PAMISTE"(TERME QUE JE CREE).
LA DIFFERENCE RESIDE AU NIVEAU DES THESES DE CHAQUE PARTIE POLITIQUE.

2.أرسلت من قبل ahmed في 06/02/2010 23:27
Je crains fort que notre ami Moussaoui ne se trompe de temps. L'essentiel quand on passe quelque part, est de passer pour de vrai, et de ne pas se contenter de "juste passer". Ne t'es tu pas posé la question suivante: y a t il encore quelqu'un qui se rappelle de mon passage, chez les camarades bien sur, et les camarades d'après aussi....
A part ca tout le monde est libre d'épouser les thèses qui lui semblent bonnes, et personne ne t'en voudra ni à toi ni à quiconque ta nouvelle veste, mais pitié, marque le PAM de ton empreinte. Peut être dans dix ans un autre PAM naitra et tu pourras crier fort: J'y étais, ou bien même que tu n'auras pas besoin de le crier sur tout les toi, il y aura certainement des gens qui tu aurais marqué et qui le feront à ta place
sans rancune

3.أرسلت من قبل ahmed في 13/02/2010 08:24
"Le RNI dont il devint chef avait besoin d’un « coup de sifflet » et de quelques « cartons jaunes et rouges » pour pouvoir épouser « le Projet Royal »… Le Trésorier du pays, a su calculer quand il fallait avoir le maître mot, il l’eut et cria : moteurs !... A vos marques, partez…"


Je reviens: Ces cartons de toutes les couleurs, ca ne pourra pas etre M. Mezouar, les moteurs, partez et vos marques, il y avait certainement un chef d'orchestre ailleurs et qui tirait les ficelles, alors Devinette: Qui s'est, et pourquoi.
Je vais t'aider, l'erreur de M. Mansouri était de ne pas estimer la situation à sa juste valeur...et il n'a pas su tomber bien.