La Rentrée des Classes avec un Plan d’Urgence


La Rentrée des Classes avec un Plan d’Urgence
Par Bouziane Moussaoui



(Première partie)




«Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les
distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité
commune.»



(Déclaration universelle des droits de l’homme)



Quel rapport, s’interrogerait l’Autre, entre cette citation et le titre de notre chronique d’aujourd’hui ?



Le rapport est tout inclus dans le mot souligné : « distinctions »

En effet, à la lecture du Plan d’Urgence du Ministère de l’Education Nationale,



Espace
2 en particulier, le mot d’ordre de l’actuelle rentrée scolaire est
explicitement clair : tout le monde doit être mobilisé pour :

« Stimuler l’initiative et l’excellence au lycée et à l’université » ...



Plus
question de laisser dériver nos émotions comme des lambeaux d’épave ;
il n’ y a lieu ni aux interprétations suggestives,ni aux extrapolations
abusives ; n’importe quel dictionnaire agréé donne à « excellence », «
distinction » pour synonyme :

Etre « excellent »,
c’est être « distingué », et la « distinction n’est autre que «
séparation », « démarcation », « différenciation » et « discrimination
»…

Devant ce nouveau mot
d’ordre, notre école qui se mobilisait pour la généralisation de la
scolarité et qui prêchait tout paradoxalement « la qualité », la voici
bloquée cette rentrée dans un véritable cul-de-sac…

Comment peut elle
enseigner les principes fondamentaux de la citoyenneté à la manière des
écoles les plus démocratiques et encourager dans le même temps la
discrimination et la différenciation au nom de l’ « excellence » ?…

Comment résoudre cette
énigme dont l’avers fait agir le MEN en bon samaritain grâce à
l’opération « un million de cartables » à la faveurs des familles
démunies, alors que le revers de cette même énigme, toujours selon
Espace 2 du Plan d’Urgence, aspirerait à une école discriminatoire, une
sorte d’organisme « chasseur d’élites » :


  
Les « excellents » !

Les
décideurs du MEN pensent la chose autrement : selon eux « stimuler
l’initiative et l’excellence », n’est qu’un levier parmi beaucoup
d’autres qui font partie d’une stratégie d’ensemble conçue par des
experts en vue d’améliorer la qualité de notre enseignement fort peu
appréciée par certains organismes internationaux influents.

Reste à savoir comment…

Les
teneurs des rênes ont prévu, entre autres, des séances de soutien ou d’
« accompagnement » ; autrement dit des « heures supplémentaires…



Certains organes de la
presse écrite nationale ont, aussitôt, par souci professionnel, saisi
le ministère de tutelle le sollicitant de confirmer ou d’infirmer les
rumeurs en cours concernant une éventuelle augmentation du nombre
d’heures du tableaux de service des enseignants...

Le MEN a réagi dans les meilleurs délais avec un démenti catégorique : aucune augmentation de la sorte n’est prévue…

Mais
le principe des heures supplémentaires est retenu : les élèves ont
besoin de soutien, ils l’auront ; comment ? Nous le saurons très bien
tôt à partir du 10 septembre de l’année en cours…, nous jugerons
l’efficacité de sa mise en œuvre au moment convenu…

Là n’est pas le fond du problème ; ce qui
inquiète vraiment les parents, surtout les plus avisés, n’est pas le
seul fait de garantir une place à leurs enfants dans une école publique
ou privée, la bataille qu’ils se voient astreints à mener consiste à
évaluer le parcours scolaire de leurs enfants par les RESULTATS …,
c'est-à-dire les moyennes qui leurs permettront une orientation
pragmatique vers les sciences mathématiques d’abord, les Ecoles
Préparatoires ensuite avant de finir dans les grandes écoles françaises
ou marocaine ; ou du mois, à la rigueur, l’obtention des moyennes
exigées pour être admis dans des faculté de renom comme celle de la
médecine à titre d’exemple…

Cette évaluation par
les résultats exige pour sa part un investissement énorme et continue :
en argent, en patience, en persévérance, en temps, en nerfs et en
présence…



Qu’adviendra-t-il alors des élèves qui n’ont pas de quoi investir ?

Il
est vrai que nombreux sont les fils de pauvres qui excellent, c’est une
vérité, mais pas une règle générale, allez consulter les prix des
livres et autres fournitures scolaires pour en avoir le cœur net…


  
A suivre…