Nador : Rencontre de sensibilisation sur l’optimisation de l’utilisation des ressources en eau


agrimaroc

Cette rencontre s’inscrit dans le cadre de la stratégie de l’ABHM visant à attirer l’attention sur la problématique de l’exploitation des ressources en eau.
L’Agence du bassin hydraulique de la Moulouya (ABHM) a organisé, mercredi à Nador, une rencontre de sensibilisation et de concertation sur « la rationalisation de l’utilisation des ressources en eau et le contrôle du domaine public hydraulique dans la province de Nador ».

Initiée en partenariat avec la préfecture de la province de Nador et l’Office régional de mise en valeur agricole de la Moulouya (ORMVAM) et avec le soutien de l’Agence belge de développement, cette rencontre s’inscrit en droite ligne de la stratégie de l’ABHM visant à attirer l’attention sur la problématique de l’exploitation des ressources en eau.

Elle a constitué ainsi une occasion pour sensibiliser les usagers de l’eau, notamment les agriculteurs, sur la nécessité d’économiser l’eau et rationaliser son utilisation.

La problématique de la surexploitation des ressources en eau mérite une attention particulière de la part des différents intervenants qui sont appelés à fédérer les efforts pour faire face à la raréfaction de l’eau résultant des effets du changement climatique, ont tenu à souligner les responsables de l’ABHM lors de cette rencontre tenue en présence du gouverneur de la province de Nador, Ali Khalil.

Les intervenants ont plaidé dans ce sens en faveur de la rationalisation de l’utilisation des ressources hydriques dans l’irrigation et la préservation des ressources souterraines en eau de la surexploitation.

Dans leurs exposés, ils se sont arrêtés sur les mesures prises pour remédier aux questions et problématiques se rapportant à ce sujet, rappelant, entre autres, l’adoption du concept de gestion prévisionnelle des ressources en eau avant le début de la campagne agricole, et d’une approche participative dans la distribution d’eau d’irrigation avec les différentes parties prenantes, la revue à la hausse des financements destinés à la maintenance des équipements hydro-agricoles, le lancement de travaux de construction et d’équipement d’une station de pompage d’appoint en rive gauche sur l’oued de la Moulouya, et la poursuite de l’encouragement et de l’encadrement de l’utilisation des techniques d’irrigation localisée.

L’accent a été mis également sur les efforts déployés dans le cadre du Programme national d’économie d’eau, à travers notamment une conversion massive de l’irrigation de surface et par aspersion à l’irrigation localisée, l’amélioration de la productivité et la valorisation des ressources en eau mobilisée, la modernisation des réseaux d’irrigation, outre la promotion de la sensibilisation agricole et hydrique et le renforcement des capacités des cadres agricoles et des agriculteurs.

Le Directeur de l’Agence du bassin hydraulique de la Moulouya, Boubker El Haoudi, a fait savoir que cette rencontre ambitionne la sensibilisation à l’impératif de l’utilisation rationnelle de l’eau, et l’exposition des problématiques inhérentes à la surexploitation et aux mauvaises pratiques liées à la gestion de cette denrée vitale qui subit les effets du changement climatique.

Dans une déclaration à la MAP, il a fait savoir que l’Agence a été dotée de la police de l’eau qui effectue des tournées et des opérations de contrôle et de sensibilisation des usagers du bien public hydrique.

La rencontre a servi aussi de cadre pour exposer et faire connaître les misions de l’Agence et ses activités, ainsi que les dispositions de la loi 36-15 relative à l’eau, la gestion des périmètres irrigués de Nador, en plus de la situation hydrologique au niveau du Bassin hydraulique de la Moulouya.

La loi 36-15, a-t-on rappelé, fixe notamment les règles d’une gestion intégrée, décentralisée et participative des ressources en eau pour garantir le droit des citoyens et des citoyennes à l’accès à l’eau et en vue d’une utilisation rationnelle et durable et une meilleure valorisation quantitative et qualitative de l’eau, des milieux aquatiques et du domaine public hydraulique en général.

S’agissant de la situation hydrologique au niveau du Bassin, les chiffres avancés montrent que les apports d’eau enregistrés durant la période septembre2018 – mars2019 sont de 453 Mm3 (millions de mètres cubes).

Ces apports sont déficitaires de -22% par rapport aux apports moyens (583 Mm3) et excédentaires de 41% par rapport à ceux relatifs à l’année précédente (321Mm3).

Située au Nord-Est du Maroc, la zone d’action de l’Agence du bassin hydraulique de la Moulouya constitue l’un des plus importants bassins hydrauliques en superficie du Royaume. S’étendant sur une superficie de 74.000 km2, elle comprend notamment le bassin principal de la Moulouya, avec une superficie de 55.500 km2, qui draine les eaux du Rif oriental et du Moyen Atlas à l’Ouest ainsi que du Haut Atlas au Sud.

Effectuer les mesures et les investigations et réaliser les études nécessaires à l’évaluation et au suivi de l’évolution de l’état des ressources en eau sur les plans quantitatif et qualitatif, ainsi que celles relatives à la planification, la gestion et la préservation de l’eau et la prévention des effets des phénomènes climatiques extrêmes, notamment, les inondations et la sécheresse, figurent parmi les principales missions de l’ABHM.