Sa Majesté : Je suis marocain, j’en suis fier.

A chaque pays suffit sa peine : Le Maroc aussi


Sa Majesté : Je suis marocain, j’en suis fier.


Moussaoui Bouziane

Un vieil adage chinois disait :
Je ne cherche pas à connaître les réponses, je cherche à comprendre les questions.

Et le Discours royal de Sa majesté Mohamed VI à l’occasion de l’ouverture du deux chambres du Parlement, session automne 2014, à qui sait comprendre, fut plein d’allégories. Notre Roi, dans un face à face avec les représentants de la Nation, ceux de la majorité gouvernementale compris, varia les modalités rhétoriques de son Discours : ses phrases déclaratives ne cherchaient pas de réponses de son auditoires, ils ne furent à vrai dire que des questions, des questions que les députés cherchaient à comprendre.

Question 1 : Qu’est-ce qu’être fier de sa marocanité ?
Question 2 : Que signifie le statut de représentant de la Nation ?
Question 3 : Quand-est-ce que le pragmatisme l’emportera sur le populisme ?
Question 4 : Quand certaines pseudo- idoles cesseront de siéger pour que d’autres graines fleurissent ?
Question 5 : Pourquoi devrait-on pousser en avant notre Ecole, alors qu’elle devrait être la locomotive ?
Question 6 : Comment rassurer les marocains que leurs voix ne furent pas étouffées une fois dans les urnes ?
Question 7 : Quelle feuille de route envisagent nos partis politiques pour les prochaines élections ?

Le Discours Royal s’adressa certes aux représentants de la nation, mais comme notre Roi est fidèle aux principes universels de la Démocratie, il veilla à médiatiser largement son discours, à l’encontre des fanatiques des huis-clos, pour que le peuple marocain, répudie sa passivité à la manière des béni-oui-oui, devient acteur actif qui sache comment se décide sa destinée et participe positivement à savoir être marocain,
à savoir-faire sa marocanité et à savoir devenir le marocain de ses rêves. Il n’y a pas de recette magique pour cela, semble nous dire notre Roi, le secret est de savoir semer, de savoir fleurir et de savoir récolter des grains…
Et démentir ainsi la sagesse du chinois Confucius qui ne cessait de répéter
qu’il est parfois des moisons qui n’arrivent pas à fleurir et qu’ il en est aussi qui, après avoir fleuri, n’ont pas de grain.







Sa Majesté le Roi Mohamed VI, n’ a pas forcément besoin de lire les rapports de ses proches collaborateurs pour connaître les marocains car il est aussi marocain, fier de sa marocanité et vit son quotidien avec les marocains, tous les marocains…

Et comme le Discours Royal à l’occasion de l’ouverture de la du Parlement automne 2014 fut adressé aux représentants du Peuples dans les deux chambres et à travers les médias au Peuple marocains qui lui est cher,
Le contenu de son illustre message devrait être en premier lieu capté par notre Gouvernement ainsi qu’à la majorité qui le soutient.

En filigrane, le message de Sa Majesté va dans le sens du vieil adage :

Sous un bon gouvernement, la pauvreté est une honte et sous un mauvais gouvernement, la richesse est aussi une honte.